Patricia Boucharlat


postkarte_ateliernational-1

Les décors de la mélancolie : fantômes industriels et traces sculpturales

Participant à la fois des champs de la sculpture et de la photographie, les œuvres de Patricia Boucharlat interrogent notre présence au monde, sur les modes négatifs de l’absence et du silence. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les récentes œuvres de Patricia Boucharlat, installée à Marseille depuis une dizaine d’années, ne rendent pas compte de la solarité de la ville. (…)

Le processus même de l’œuvre fonctionne selon une logique du desséchement, comme si la disparition menaçait d’engouffrer l’œuvre en permanence, et que les différentes séries  manifestaient ponctuellement une ultime résistance contre ce phénomène entropique. Le choix du médium photographie, dès lors, s’impose comme une réflexion autour de la technique la plus apte à suggérer la vanité du monde. (…)

Le nombre limité de clichés de l’artiste marseillaise et le caractère expérimental qui les anime, empêchent la photographe de s’indexer pleinement sur un art totalement objectif. Marquée par son détour dans le domaine du théâtre, en tant que décoratrice, notamment, elle conçoit ses photographies à partir de cette expérience, en travaillant à diminuer l’écart qui sépare le documentaire et le fictionnel, l’objectif et le spectaculaire, le non-lieu et le baroque. La notion de mise en scène, jamais loin, sert ainsi à brouiller définitivement la position de l’artiste au sein des cartographies nouvelles des pratiques contemporaines, aux frontières désormais nécessairement poreuses, tant sur le plan des médiums, que du point de vue des registres(…)

Marine Schütz

/////////

Exposition de Patricia Boucharlat, membre de l’AtelieRnaTional du 13 octobre au 5 novembre 2011.